Quelques mots sur mon travail et ma technique

Autant que je me souvienne, j’ai toujours été en contact avec la peinture, mes parents étant collectionneurs passionnés d’art.
La technique que j’emploie aujourd’hui a pour origine un accident que j’ai voulu systématiser ; dans les années 1980, faisant des essais de mélange et n’ayant plus de place pour le séchage a l’intérieur du petit atelier que j’occupais j’avais mis certaines pièces a sécher a l’extérieur.

C’était l’été, il faisait chaud, le phénomène des craquelures apparut.

On peut dire aujourd’hui que le soleil fut mon premier instructeur.

J’ai voulu systématiser le phénomène et il m’a fallu ensuite 6ans pour conjuguer chacun des pigments utilisés et trouver les justes proportions, chacun ayant une densité différente.
Cela fait maintenant plus de 20 ans que je pratique cette technique de craquelures.

La technique de séchage

La technique utilisée est basée sur le séchage d’une pâte liquide installée sur la toile, dans une salle de chauffe durant environ 72 heures. Cette technique est très exigeante et une fois que la pâte est étalée, il n’y a plus de repenti.

Ce que je souhaite exprimer, c’est un simple début de figuration, une esquisse de paysage vide ou une forme très simple presque originelle. Technique lourde et astreignante pour exprimer le « presque rien », mon travail est un compromis entre une technique sévère et un « lâcher-prise » sur la matiére.

La naissance de cette nouvelle méthode fut synchronisée à ma rencontre avec une chamane. Je suis tous les jours dans la nature, m’imprégnant des énergies, avant d’aller les restituer a l’atelier.Tout est fabriqué a l’atelier.

J’utilise des pigments rares et recherche des couleurs vives très concentrées comme dans le pastel gras.

L’effet dynamique

L’effet dynamique est créé par la transformation de la pâte liquide et fluide arrêtée dans sa course par le séchage. La matière se transforme a travers sa nouvelle course et va au-delà du séchage par l’assèchement et son résultat : la craquelure.
C’est une sorte de voyage que je propose au spectateur à travers la transformation de la matière.

Effet de Patine

J’ai toujours été fasciné par l’effet de patine des objets et j’ai voulu restituer ce caractère intemporel à ma peinture.

Effet 3D

Ma peinture est une sorte de voyage en 3D lorsque les craquelures sont si grandes qu’elles laissent apercevoir le fond.

Effet de vitrail

Mon travail donne un effet de vitrail quant les craquelures sont si petites et le fond souvent de couleur contrasté qu’il semble éclairer le tableau de l’intérieur.

L’œil est attiré par le gouffre qu’impose la craquelure et se glisse a l’intérieur pour rentrer en méditation.

Je propose au spectateur de faire une expérience très personnelle, un éveil a soi-même que suggère la métamorphose de la matiére.


Jean-Marc ISERE
Juillet 2010